Ars Electronica 2014 : « C… what it takes to change »

Du jeudi 4 Août au Lundi 8 Août 2014 se tenait à Linz (Autriche) le festival Ars Electronica qui récompense les innovateurs et les artistes de pointe. Cette année la couleur était donnée au changement : « C… What it takes to change » (C comme catalyseur, le renouveau par l’art). Derrière ce thème, une problématique concrète : quelles sont les conditions nécessaires pour permettre aux innovations sociales d’émerger durablement. Ainsi, pendant quatre jours les  exposants nous ont fait voyager dans un monde favorable à l’art et au progrès technologique en tant que renouveau sociétal.

Au-delà du festival, c’est toute la ville de Linz qui s’est animée sous les installations artistiques et technologiques. Cette année, Culture Evénement ne s’est pas envolé pour l’Autriche mais la rédaction a suivi de près sur Twitter l’engouement de certains internautes autour des animations interactives les plus spectaculaires.

Retour sur un festival riche en installations digitales…

Ars Electronica 2014 : le choix de la rédac’

Antonin Fourneau « Water Light Graffiti »

ArsElec2014

L’ouverture d’Ars Electronica a immergé les visiteurs dans une ambiance musicale et visuelle, à l’aide d’images rétro-projetées sur la cathédrale Mariendom. Le plus de cette introduction était la possibilité pour les passants de participer à l’activité « Water Light Graffiti » : un mur d’une centaine de LEDs réagissant au contact de l’eau. Antonin Fourneau, le créateur de cette installation a imaginé le concept quand il était résident au ArtLab Digitalarti, il parcourt désormais le monde pour exposer son invention.

Toshiyuki Inoko « Peace Can Be Realized Even Without Order »

toshyuki-inoko-peace-can-be-realized

La création interactive et collaborative de l’artiste Toshiyuki Inoko mettait en scène des hologrammes représentant une troupe de danseurs et musiciens japonais en costumes traditionnels. Les visiteurs étaient invités à traverser les rangs de façon horizontale ou verticale. Chacun de leurs mouvements engendraient une réaction de la part des hologrammes, que ce soit un son ou un pas de danse. Les visiteurs avaient alors le sentiment de prendre part à la troupe japonaise. L’ambiance de la scène dépendait donc de la façon dont les individus se déplaçaient dans l’espace.

Boris Petrovsky « Das Vergerät »

linz-ae-7

Ce dispositif artistique se compose de cent appareils électroménagers interconnectés et configurés dans l’espace telle une méta-machine. Il a pour but de symboliser la domotique connectée du futur, lorsque nous arrivons dans l’ère des « maisons intelligentes ». Cent étant le nombre moyen d’appareils qui alimentent un ménage de classe moyenne.

Ars Electronica 2014 : Top Tweets

 

 

 

 

Créé en 1979, Ars Electronica insuffle tous les ans dans la ville de Linz une vague d’innovation et de créativité qui raisonne dans le monde entier. Au-delà de ce mystérieux « C » symbolisant le changement, la rédaction se dit que co-working, créativité, culture et catalyseur sont des termes caractéristiques de l’ensemble du festival cette année.

Nous sommes créas, chefs de projets, devs, commerciaux, planneur strat' ou traffic manager au sein de l'agence de communication digitale MOONDA et nous partageons avec vous nos réflexions. Nous parlons de ce qui nous inspire, nous fait vibrer, nous challenge et nous amuse.